Modes de construction

La table ronde sur « Les modes de construction de l’Antiquité tardive en région Centre-Val de Loire » s’est tenue le 20 octobre 2017.

RESUMES DES COMMUNICATIONS :

 Accueil 

Marie-Pierre Chambon, Laurent Fournier, Edith Rivoire

La table ronde consacrée aux « Modes de construction de l’Antiquité tardive en région Centre-Val de Loire » est la première rencontre scientifique organisée par le Projet Collectif de Recherche AnTaReC. Elle fut l’occasion de dresser un premier bilan des travaux engagés depuis 2015. Cette table ronde a reçu le soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles en particulier du Service Régional d’Archéologie représenté par M. Stéphane Revillion, conservateur régional.

Après une mise en perspective historique, plusieurs études de cas en milieu urbain comme en milieu rural et les prémices de synthèses régionales ou micro-régionales établies à partir de données pour la plupart inédites ont été présentées. La journée s’est achevée par un débat animé par Alain Ferdière.

 

Questions méthodologiques : base de données, bibliographie et blog

 

Les lois sur la construction dans l’Antiquité tardive

Sylvie Crogiez-Pétrequin et Sylvain Janniard

Plusieurs textes historiques, ainsi que les codes juridiques, apportent des informations sur les normes et règlements affectant les constructions privées et publiques. La communication se déroulera en deux parties, la première sera consacrée aux constructions publiques, la seconde aux bâtiments privés.

Dès la fin du IIIe s. de notre ère, les villes ont acquis un rôle primordial pour l’organisation de la défense dans l’Empire romain. Lieux de concentration des vivres et des produits fiscaux, de station des troupes, bases pour les opérations de reprise du territoire, elles devaient édifier et entretenir un nombre important de constructions nécessaires aux besoins de l’État et de ses armées (murailles, greniers, etc.). Les constitutions impériales conservées dans les Codes Théodosien et Justinien préservent une part des textes normatifs qui réglaient les modes de financement et d’entretien de ces constructions, mais aussi leurs usages et leurs dispositions en ville. Les immeubles à usage privé, sont aussi l’objet de l’attention de l’État, pour des raisons d’ordre et de sécurité.

L’étude de ces textes permet parfois de comprendre mieux les modalités concrètes de construction, destruction ou reconstruction des différents édifices mis au jour par les archéologues.

 

Les villae des Boubards et de l’Angoulaire (Cher) : trajectoires de deux établissements agricoles de la proche campagne de Bourges durant l’Antiquité tardive

Emmanuel Marot

Les opérations d’archéologie préventive récentes ont permis d’explorer quasi in extenso deux villae de la proche campagne de Bourges, celle des Boubards (fouilles Archeodunum et Bourges Plus) et celle de l’Angoulaire (Bourges Plus). Si les deux possèdent une forme architecturale et une superficie comparables durant l’époque antique (villa de taille moyenne), leurs trajectoires durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Age diffèrent : la première est abandonnée sous sa forme antique durant le IIIe s. et s’organise vraisemblablement en habitat groupé avec des bâtiments sur poteaux au IVe-début Ve s. ; la seconde perdure sous sa forme domaniale au moins jusque dans la première moitié du VIe s., en réinvestissant les bâtiments en dur. En revanche, toutes deux adoptent de nouveau la construction en dur à partir de la fin du VIe s. ou du VIIe s., avec l’émergence de bâtiments sur solins de pierre

Ces deux sites, et les quelques occurrences recensées localement parmi les autres établissements agricoles, seront ainsi pris en exemple pour illustrer la continuité ou les ruptures dans les modes architecturaux, en lien direct avec la forme et le statut de leur habitat.

 

Les constructions en milieu rural de la fin du Haut-Empire au VIIe siècle dans la cité des Turons : abandons, continuités et nouveaux projets

Jean-Philippe Chimier et Philippe Salé

À l’occasion de discussions informelles, notamment dans le cadre du projet AnTaReC, nous avons constaté la diversité des points de vue sur la question de la continuité des occupations du Haut-Empire.

Deux hypothèses concurrentes dominent ces débats :

-à la fin du Haut-Empire, on assiste à des modifications conséquentes du peuplement et de l’exploitation des territoires ruraux, avec l’abandon de nombreux sites, notamment les exploitations agricoles ainsi que la réduction ou la disparition d’agglomérations secondaires ;

-les modifications des campagnes à l’issue du Haut-Empire est un effet de source : les exploitations agricoles ne sont pas toujours bien identifiées en raison d’une part de la rareté et de la méconnaissance du mobilier céramique et d’autre part des phénomènes taphonomiques et d’érosion qui affectent la partie supérieure des dépôts archéologique. Une continuité d’occupation des bâtiments du Haut-Empire ou une restructuration des habitats aux périodes postérieures sont ainsi possibles mais non perçues par les investigations de terrain.

Il nous a ainsi paru opportun de présenter un bilan des connaissances sur ces questions dans le cadre de cette rencontre. Sur le territoire de la cité des Turons, qui présente la particularité d’être également documentée par les écrits de Grégoire de Tours, nous avons recensé les occupations rurales qui ont été interrompues ou qui se sont poursuivies après le IIIe siècle et celles qui ont pu être créées avant le VIIe s. Il s’agit d’examiner si les bâtiments anciens sont abandonnés ou réutilisés, et d’identifier les plans des édifices nouvellement créés.

Le corpus des constructions utilisées entre le IIIe et le VIe s. s’avère réduit (moins de vingt sites occupés), autant au sein des agglomérations secondaires que pour les établissements ruraux. S’agit-il là d’un élément plaidant en faveur d’une des deux hypothèses ?

 

Les thermes de Cinais (Indre-et-Loire), modes et matériaux de construction

Fabrice Couvin

avec la collaboration de Thomas Boucher, Véronique Brunet-Gaston, Philippe Gardère, Christophe Gaston, Magalie Guérit et Thomas Lepaon

Dans une emprise de 450 m2, la fouille de sauvetage urgent réalisée en 2011 à Cinais (Indre-et-Loire) a permis d’identifier une occupation depuis la seconde moitié du Ier s. au courant du IVe s. ap. J.-C. Le croisement des données mobilières et de la stratigraphie permet de distinguer cinq périodes, dont les quatre plus récentes se rattachent à un ensemble thermal.

La première moitié du IIe s. ap. J.-C. voit l’implantation d’un ensemble balnéaire disposant de quatre salles, auquel on accède par une palestre bordée d’une galerie. Les bâtiments conservent une configuration assez similaire, avec une circulation suivant un circuit linéaire de type rétrograde, jusqu’au troisième tiers du IIIe s. ap. J.-C.

Le dernier tiers du IIIe s. voit, sans modification du parcours de bain, l’insertion d’un bassin d’immersion collectif. Cet état de courte durée prend fin avec l’incendie d’une large partie des bâtiments. Les thermes sont rapidement reconstruits, probablement dans la deuxième décennie du IVe s. ap. J.-C., mais connaissent deux modifications notables. D’une part, le système d’hypocauste de la salle principale, jusque là sur pilettes, est remplacé par des canaux rayonnants. D’autre part, le circuit en ligne de type rétrograde est supprimé au profit d’un parcours circulaire dextrogyre.

Si une large partie des restes architecturaux proviennent des déblais des terrassements, des éléments, comme une base de colonne, des fragments de colonnettes, des placages de bassins, et des blocs caractéristiques, témoignent du soin apporté à la construction. Du verre à vitre est conservé, ainsi que des éléments d’huisserie : clé, crapaudines, gonds et pentures. Bien qu’aucune adduction, ni évacuation, n’ait été identifiée, la collecte d’une emboîture de canalisation en bois et l’abondance du plomb, témoignent de la présence d’un système hydraulique élaboré. Des terres cuites architecturales spécifiques à ce type d’établissement sont également présentes.

En raison d’observations limitées, la question du statut de l’ensemble thermal reste difficile à trancher. Cette fouille illustre néanmoins une période mal documentée, où réfection et reconstruction témoignent de la prolongation des agréments d’un mode de vie antique au cours du Bas-Empire.

 

Les « fonds de cabane » de l’Antiquité tardive dans le nord de la région Centre – Val de Loire (Loiret, Eure-et-Loir)

Laurent Fournier et Édith Rivoire

Les opérations archéologiques réalisées au cours des dernières décennies en Région Centre-Val-de-Loire ont livré 77 cabanes excavées tardo-antiques (deuxième moitié IIIe-première moitié VIe s.), répertoriées sur treize sites. Ces fonds de cabane se rencontrent essentiellement sur des sites d’Eure-et-Loir et du Nord du Loiret. Les contextes de découverte sont variés, fermes, succédant ou non à un établissement du Haut-Empire, périphérie d’agglomération secondaire antique, habitat groupé, structures isolées. Sur la majorité des sites retenus, ils accompagnent généralement des constructions de surface sur poteaux. Si certains sites témoignent d’une standardisation de ces constructions, d’autres, majoritaires, révèlent une grande variété de forme, de surface et d’ancrage au sol de la couverture. Cette présentation vise donc à dresser un premier bilan des connaissances dans les départements d’Eure-et-Loir et du Loiret, pour ces structures emblématiques et esquisse une comparaison avec la situation observée sur des territoires voisins.

 

Blois durant l’Antiquité tardive : la traque ! Matérialité urbaine, état de la question

Didier Josset et Viviane Aubourg-Josset

Une dizaine d’opérations d’archéologie préventive et deux découvertes anciennes documentent la question de la matérialité urbaine de Blois (Loir-et-Cher) du IIIe au VIe, voire VIIe s. L’originalité des sources archéologiques atteste une profonde rupture avec l’agglomération du Haut-Empire à la charnière des IIe et IIIe s. : en premier lieu révélée par les terres noires, mais aussi par de rares témoignages d’occupations préservés, la présence des ruines antiques et naturellement par le mobilier. L’omniprésence des terres noires concerne la plupart des secteurs explorés dans l’ancienne ville antique. Associé à ces formations, le mobilier est inégalement dispersé. Pour l’essentiel, il s’agit de céramique décontextualisée dont la typochronologie est souvent lacunaire ; mais aussi des monnaies et enfin quelques objets métalliques pour lesquels la chronologie est bien établie. Quant aux aménagements et séquences d’occupation conservés, bien datés et/ou stratigraphiquement bien calés, ils sont quasi inexistants avant le VIIe s. et ne sont attestés que sur le promontoire.

Pour comprendre le processus d’évolution à l’œuvre dans ce nouvel environnement on devra avant tout s’interroger sur la représentativité des données matérielles. Certes la ville antique se transforme en une autre entité, mais à quoi sommes-nous désormais confronté durant l’Antiquité tardive ?

 

 

Évolution de la construction en milieu urbain durant l’Antiquité tardive : l’exemple d’Orléans

Julien Courtois et Pascal Joyeux

Alors qu’Orléans accède au statut de chef-lieu de cité à la fin du IIIe ou au début du IVe s., on pourrait s’attendre à voir ce nouvel état se traduire dans l’architecture, notamment publique.

Or, il semble au contraire que, si l’on excepte la construction de l’enceinte, l’architecture monumentale publique tend à disparaître (abandon et début de la récupération du théâtre dès le milieu du IIIe s., transformation du forum au Ve s.).

Pour ce qui est de l’architecture civile, on peine à distinguer des caractéristiques nouvelles, que ce soit dans les matériaux utilisés, leur mise en œuvre, la forme des structures et l’urbanisme en général. Les modifications les plus importantes (disparition des caves et structures excavées, emploi de matériaux de remploi aux côtés des moellons et tuiles…) sont effectuées dès les IIe-IIIe s.

L’impression est que les changements de cette période sont surtout d’ordre politique, administratif et religieux, et qu’ils n’ont pas (encore) de traduction perceptible dans l’urbanisme ou la construction. Les effets de ces modifications ne seront en effet pleinement visibles (même si on les soupçonne à partir du IVe s.) que vers le VIe-VIIe s.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search