Vient de paraître

PETER BROWN  Travers un trou d’aiguille : la richesse, la chute de Rome et la formation du christianisme

Jésus enseigna à ses disciples qu'il était plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d’entrer dans le royaume des cieux. Or, à l’époque de la chute de Rome, l’Église était devenue démesurément riche. À travers un trou d’aiguille est l’histoire intellectuelle et sociale du problème épineux que cette richesse posa au christianisme dans un empire en train d'imploser sous l’effet d’une crise majeure.
 Peter Brown, spécialiste mondial de l’Antiquité tardive, analyse, avec une humanité pleine de sagesse, les défis posés par l’argent à une institution qui épousait la vertu de pauvreté. Puisant dans les écrits d’immenses penseurs chrétiens comme Augustin, Ambroise et Jérôme, Brown examine les controverses et les changements d’attitude que provoqua l’afflux de la nouvelle richesse dans les coffres des églises. Il décrit les actes spectaculaires par lesquels de riches donateurs se dépouillèrent de leur fortune, et comment les gens ordinaires renoncèrent à leurs biens dans l’espoir de disposer d’un trésor dans le ciel. Le soin des pauvres rivalisa avec des formes de philanthropie civique plus anciennes, profondément enracinées dans le monde romain. Cet usage de la richesse à des fins religieuses altéra peu à peu la texture même du christianisme.
 En établissant que l’Église de l’Antiquité tardive réussit à s’imposer grâce aux ressources dont elle bénéficia, Brown en renouvelle radicalement l’histoire. Exploitant l’archéologie, la circulation des monnaies, les inscriptions funéraires ou le décor des villas autant que les textes, À travers un trou d’aiguille apporte un éclairage fondamental sur la question toujours brûlante des rapports entre
 richesse et pauvreté, pouvoir et argent. (note de l'éditeur)

Vient de paraître

Antiquité tardive 24. Le voyage dans l’Antiquité tardive : réalités et images

Table des matières : Introduction : G. Cantino Wataghin, J.-P. Caillet, 1  Comment voyage-t-on ?

  • Itinéraires et cursus publicus : (R.J.A. Talbert). – Visions of travel and their realization.( P.Basso). – La viabilità tardoantica: riflessioni e problemi aperti   (S.Guédon). – Passer la frontière : ’exemple africain. (L.di Paola). – Il cursus publicus in età tardoantica: storia di un servizio di stato tra conservazione e mutamento
  •  Les haltes 
: (E. Zanini). –  I luoghi di sosta: funzioni, spazi, contesti.(C.Corsi). -Sulle vie dell’Impero tra IV e VI secolo. Il ruolo della Chiesa nel sistema tardoantico di mobilità. (S. Gelichi) (C. Beltrame). – I porti nel Mediterraneo tardo-antico. Alcune riflessioni.
  • Les moyens de transport et les aléas du voyage
 : (A.Cristina). –  Les équipements spécifiques des chevaux pour la monte et les attelages (IVe-VIIIe siècle). (B. Pottier) .- Les dangers du voyage : banditisme et insécurité sur les routes au IVe siècle et au début du Ve siècle.

2  Les protagonistes du voyage, leurs motivations, leurs équipements (J. Arce). – Imperial journeys in the 4th century: burdens and utilitas publica.     (S.Destephen) . –  La naissance de Constantinople et la fin des voyages impériaux (IVe-Ve siècle). (B.Riba). –  Le voyage des pèlerins chrétiens dans le Proche-Orient Antique au témoignage de l’archéologie (IVe-VIIe siècles) 3  Images du voyage

  • Récits de voyage : expérience vécue ou rhétorique : (S. Ratti). –  Le De reditu suo de Rutilius Namatianus : élégie ou voyage vers l’au-delà ? (E. Wolff). – Sidoine Apollinaire voyageur . (V. Zangara). – Itinerari di viaggio nella Vita Germani di Costanzo di Lione. (G. Herbert de la Portbarré-Viard). –  La thématique du voyage et la figure du poète-voyageur dans l’œuvre de Venance Fortunat : entre rhétorique, poétique et construction de soi. (I. Wood). – Columbanus’s journeys
  • Symbolique  et iconographie : (A.Ferrari). – La simbologia del viaggio. (J.-P. Caillet). – La représentation figurée du voyage dans l’Antiquité tardive : le fort ascendant de la volonté divine.

Varia (J.-F. Nardelli). –  Historia Augusta contra Christianos II. Nouvelles considérations sur la παιδεiα païenne et sur l’ambiance antichrétienne dans l’Histoire Auguste. (R. Laham Cohen). –  La confusión como estrategia retórica. María y Jesús en b Shabat 104b y b Sanedrín 67a. (A.P. Encuentra Ortega). –  Estudios sobre la Hamartigenia de Prudencio III: lectura y analysis de su Prefacio. (A. Lichtenberger), (R. Raja), ( C. Eger),  (G. Kalaitzoglou), ( A. Højen Sørensen),. –  A newly excavated private house in Jerash. Reconsidering aspects of continuity and change in material culture from Late Antiquity to the early Islamic period. (R. Colardelle). – Circulation aux abords de Cularo et de Gratianopolis. (I. Popovicì). –  Porphyry sculptures from Sirmium. (D. Vera). –  Signum dei o signum deae nel panegirico del 313? Costantino, l’imitatio Augusti e l’Italia istituzionale nel IV secolo. (A.G. Lopez). –  Christianity and local culture in late antique Egypt.  (U. Roth). –  Slavery and the Church in Visigothic Spain: the donation and will of Vincent of Huesca. (A. Kazaryan). –  The seventh-century six-foil church of Aragats in Armenia: origin of the plan and its role in the architectural development of eastern Christianity. (G; Barrett), (G. Woudhuysen). –  Remigius and the ‘Important News’ of Clovis rewritten Chronique : (SRatti). –  Jeu de l’allusion dans l’Histoire Auguste ou vide de l’interprétation ? À propos de David Rohrbacher, The Play of Allusion in the Historia Augusta Bulletin critique – Histoire et archéologie de l’ Antiquité tardive –  Régions – Philologie et sources.

 

Vient de paraître

Urbanisme civique en temps de crise. Les espaces publics d’Hispanie et de l’Occident romain entre le IIe et le IVe siècle./ études réunies par Laurent Brassous et Alejandro Quevedo ; [travail réalisé dans le cadre du LabexMed, Laboratoire d’excellence Les sciences humaines et sociales au cœur de l’interdisciplinarité pour la Méditerranée, Université d’Aix-Marseille]

L’histoire des villes et des cités de l’Occident romain ne doit plus être écrite comme celle d’un déclin progressif entre le Haut-Empire et l’Antiquité tardive. Néanmoins, l’image laissée par ces communautés civiques et la cellule administrative fondamentale de l’Empire se trouble progressivement entre les IIe et IVe siècles. La documentation tardive, peu abondante, souvent de nature juridique ou ecclésiastique et de portée générale, rend compte de la permanence globale de la vie municipale, mais la disparition progressive des donnés épigraphiques ne permet plus de cerner sa diversité et sa richesse. Or, les vestiges archéologiques livrent un tableau contrasté de l’évolution des espaces civiques. Si leur occupation semble se pérenniser sans changement significatif dans quelques grandes villes, ailleurs la dégradation de monuments et de lieux publics ou leur occupation par des activités privées, voire leur abandon pur et simple, signalent des processus de changement dans l’activité civique qui tranchent avec la perception actuelle de la pérennité de la vie des cités. Comment faut-il interpréter cette évolution ? Faut-il y voir le témoignage d’une crise urbaine ou seulement la transformation de la pratique civique et un changement dans l’utilisation des espaces dédiés à la vie de la communauté ? S’agit-il de phénomènes diffus ou localisés ?
Afin de fournir des éléments de réponse à ces questions, ce livre fondé sur un bilan mais également sur des découvertes récentes croise les Histoires provinciales, les trajectoires singulières et les destins transversaux des villes et de l’urbanisme civique en Occident entre le Haut-Empire et l’Antiquité tardive.

Vient de paraître

Les temps mérovingiens. Trois siècles d’art et de culture (451-751), (cat. expo. Musée de Cluny, oct. 201-févr. 2017), 2016, 288 p. –

Ce catalogue présente un panorama de l’activité intellectuelle et artistique des trois siècles, de la bataille des Champs catalauniques (451) aux derniers « rois fainéants » (751), marquée par les personnalités de Clovis, Clotaire, Dagobert et St Eloi… Il montre la profonde originalité de l’art mérovingien, entre héritages..

Vient de paraître

Ars Sacra. L’art chrétien de l’Antiquité tardive à nos jours, 2015, 800 p. –

Ars Sacra est l’ouvrage de référence sur deux millénaires de création artistique d’inspiration chrétienne dans le monde occidental. Cet ouvrage montre l’art sacré dans toute sa diversité, du dépouillement de l’art roman à la flamboyance du gothique, de la démesure du baroque aux oeuvres contemporaines. Grâce à son format exceptionnel, ce livre fait découvrir à ses lecteurs les subtilités de la statuaire, de la peinture, de l’architecture et du vitrail. Son iconographie somptueuse met en lumière des détails rarement visibles à l’oeil nu. Des textes minutieusement écrits mais néanmoins accessibles, rédigés par une équipe d’historiens d’art et de spécialistes de l’art sacré, nous invitent à contempler les joyaux de l’art chrétien de l’antiquité tardive à nos jours. Ars Sacra est un hommage vibrant au génie artistique au service du divin

Vient de paraître

PETER BROWN. – Le Prix du Salut . Les chrétiens et l’au-delà en Occident (IIIe-VIIe siècle), Paris : Belin, 2016 (Collection Histoire).

« Qu’y a-t-il dans l’au-delà ? Peut-on acheter le salut de son âme ? »
Comment les chrétiens en sont-ils venus à concevoir l’au-delà ? Pourquoi en ont-ils ressenti la nécessité ? C’est la question que Peter Brown pose ici. Dans l’Antiquité tardive, les chrétiens formaient une masse de fidèles imparfaits, pour lesquels il fallait bien imaginer un avenir différent de celui des martyrs, grands héros du passé. Ces croyants ordinaires sollicitèrent sans cesse évêques et intellectuels, les assaillant de questions sur ce qui les attendait après la mort. Ainsi furent-ils les acteurs et non les simples spectateurs de cette révolution conceptuelle.
L’argent prit une importance particulière dans l’évolution de cet imaginaire religieux : le salut avait un prix, les âmes devaient s’acquitter d’une rançon, une redemptio. En insistant sur ce point, Peter Brown révèle une dynamique sociale, une logique économique et une profonde mutation culturelle.

Vient de paraître

Textes réunis par Nathalie Achard-Corompt et Michel Kasprzyk, avec la collaboration de Bérangère Fort :

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II : sépultures, nécropoles et pratiques funéraires en Gaule de l’Est – Actualité de la recherche : actes du colloque de Châlons-en-Champagne, 16-17 septembre 2010. – Dijon : Société archéologique de l’Est, 2016.- 1 vol. (351 p.) : ill. en noir et en coul., cartes, plans, couv. ill. en coul. ; 30 cm.- (Revue archéologique de l’Est. Supplément ; 41)

 Les actes rassemblent 26 contributions portant sur l’archéologie de l’Antiquité tardive du Nord et de l’Est de la Gaule. La première partie de l’ouvrage présente 14 travaux sur les sépultures, nécropoles et pratiques funéraires dans les provinces de Lyonnaise I et IV, de Belgique I et II et de Séquanaise, tant en milieu urbain que dans les campagnes. Ils s’attachent, entre autres, à traiter les questions de topographie funéraire, d’organisation interne des nécropoles, d’architecture funéraire et de pratiques de déposition dans les sépultures et révèlent la transformation progressive de la topographie funéraire, particulièrement en milieu urbain, mais aussi des pratiques spécifiques propres à la période, tant dans l’aménagement de la sépulture que dans le mobilier déposé. La seconde partie de l’ouvrage regroupe 12 contributions illustrant l’actualité de la recherche dans ces régions, qu’il s’agisse de découvertes récentes ou de travaux de synthèse portant sur des sites ou des mobiliers.